Olivier Delorme 2/2 : « Le principal acquis de l’ère Syriza restera sans doute l’immense discrédit qui frappe désormais le politique. »

Voici la suite de notre entrevue avec Olivier Delorme, auteur de 30 bonnes raisons de sortir de l'Europe (HO éditions, 2017). Nous nous penchons plus avant sur le cas de la Grèce et de l'alarmante apathie des politiques européens, notamment souverainistes, sur son sort. Le refus par le gouvernement Syriza de tirer les conséquences du … Lire la suite Olivier Delorme 2/2 : « Le principal acquis de l’ère Syriza restera sans doute l’immense discrédit qui frappe désormais le politique. »

Publicités

Olivier Delorme 1/2 : « Si en Grèce, l’Europe c’est la paix, elle ressemble de très près à la paix des cimetières. »

Olivier Delorme est essayiste et historien. Enseignant à l'Institut d'Études Politiques de Paris, il a reçu le prix « Mondes en guerre, mondes en paix » pour les trois volumes de La Grèce et les Balkans, a publié 30 bonnes raisons pour sortir de l'Europe aux éditions HO en 2017. Il nous livre une entrevue au sujet de la … Lire la suite Olivier Delorme 1/2 : « Si en Grèce, l’Europe c’est la paix, elle ressemble de très près à la paix des cimetières. »

J-V Roux : Bocuse, «un attachement à un terroir et à des racines. »

Jean-Victor Roux est l’auteur de l’ouvrage La table, une affaire d’État, publié aux éditions du Cerf en Avril 2017. Enseignant, diplômé de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, son livre traite de la fonction politique de la gastronomie française et du dîner d’État, symbolique aussi bien diplomatique que culturelle. Il a accepté de s'entretenir avec nous sur … Lire la suite J-V Roux : Bocuse, «un attachement à un terroir et à des racines. »

Éric Branca : « Monnet n’était pas le seul à souhaiter l’inféodation de la France. »

Éric Branca est historien et journaliste. Spécialiste des services secrets auxquels il a consacré plusieurs ouvrages, mais aussi du général de Gaulle, son dernier ouvrage L’Ami Américain (paru aux éditions Perrin) revisite, à l’aune de documents déclassifiés, les relations officieuses entre la France et les États-Unis, loin de l’image d’Épinal représentée dans l’imaginaire collectif. Cercle … Lire la suite Éric Branca : « Monnet n’était pas le seul à souhaiter l’inféodation de la France. »

Frédéric Farah : « Il n’y pas d’avenir possible ni dans l’euro ni dans l’Union Européenne telle qu’elle existe »

Frédéric Farah est économiste, diplômé de Sciences Po Paris, et professeur d'Économie à l'université Paris Sorbonne-Nouvelle. Il a publié notamment Europe : La grande liquidation démocratique (éd. Bréal) et Introduction inquiète à la Macron-Économie avec Thomas Porcher (éd. Les petits matins). Favorable à une sortie de l'euro qu'il dénonce comme un outil de domination des peuples et … Lire la suite Frédéric Farah : « Il n’y pas d’avenir possible ni dans l’euro ni dans l’Union Européenne telle qu’elle existe »

Jacques Sapir 2/2 : « Tout changement n’est pas nécessairement bénéfique et l’histoire humaine n’est pas un long continuum de la sauvagerie au progrès. »

Cercle des Patriotes Disparus : L’économie est devenue ces dernières années l’un des éléments cruciaux du discours politique, faisant ou défaisant le crédit d’un homme politique. De même, les notions de croissance ou de pouvoir d’achat semblent être devenues leurs propres fins. Cela s’inscrirait-il dans le triomphe du libérisme tel que l’a défini Benedetto Croce, … Lire la suite Jacques Sapir 2/2 : « Tout changement n’est pas nécessairement bénéfique et l’histoire humaine n’est pas un long continuum de la sauvagerie au progrès. »

Jacques Sapir 1/2 : « Le fait que les positions souverainistes aient pu être inaudibles dans un certain contexte ne signifie nullement qu’elles aient disparues »

Économiste connu et reconnu pour ses positions eurocritiques et pour la démondialisation, enseignant à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et spécialiste de la Russie, Jacques Sapir développe notamment ses analyses politiques, économiques et sociales ou encore sur la crise de l'État sur son influent blog Russeurope. Il a aimablement accepté de s'entretenir avec … Lire la suite Jacques Sapir 1/2 : « Le fait que les positions souverainistes aient pu être inaudibles dans un certain contexte ne signifie nullement qu’elles aient disparues »

J-V Roux : « À l’heure de la mondialisation des goûts et des saveurs, la gastronomie française est un puissant élément d’identification de notre pays sur la scène internationale. »

Jean-Victor Roux est l’auteur de l’ouvrage La table, une affaire d'État, publié aux éditions du Cerf en Avril 2017. Enseignant, diplômé de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, son livre traite de la fonction politique de la gastronomie française et du dîner d’État, symbolique aussi bien diplomatique que culturelle. Dans votre livre, vous soulignez la rupture incarnée … Lire la suite J-V Roux : « À l’heure de la mondialisation des goûts et des saveurs, la gastronomie française est un puissant élément d’identification de notre pays sur la scène internationale. »

Hadrien Desuin : « Il faut admettre que toutes les civilisations et les cultures n’ont pas à se fondre à brève échéance dans un seul et même creuset universaliste. »

Formé à Saint-Cyr, Hadrien Desuin est expert en géopolitique, mais aussi collaborateur à Causeur et Conflits. Il a publié en Avril 2017 un essai : La France atlantiste, ou le naufrage de la diplomatie, qui s'interroge sur les relations diplomatiques qu'entretient la France sur la scène internationale et les enjeux qui la poussent à s'aligner … Lire la suite Hadrien Desuin : « Il faut admettre que toutes les civilisations et les cultures n’ont pas à se fondre à brève échéance dans un seul et même creuset universaliste. »